Rallycross RX Team

Pailler Compétition de retour aux affaires

L'équipe vice-championne d'Europe de Rallycross 2021 avec Fabien Pailler effectuera son retour à la compétition les 25 et 26 juin prochains sur la piste de Châteauroux.

Battu par le vice-champion du Monde de Rallycross 2019 Andreas Bakkerud pour seulement quatre points la saison dernière dans les rangs du championnat d'Europe Euro RX1 sur le mythique circuit de Spa-Francorchamps, Fabien Pailler retrouvera les commandes de sa Peugeot 208 à l'occasion de la troisième étape du championnat de France de Rallycross à venir sur la piste de Châteauroux tandis qu'il en sera de même pour Jonathan Pailler.

Seulement huitième de l'Euro RX1 au terme de la deuxième étape de la saison, Jonathan avait su trouver les ressources pour s'offrir une fin de parcours consistante avec 23 points sur 30 possibles en Belgique pour effectuer un bond de quatre positions sur le front du championnat d'Europe.

« C'est forcément frustrant que de ne pas avoir pu repartir pour un programme complet en Euro RX1 pour conforter nos prestations de la saison dernière mais les récents événements survenus en Europe ont malheureusement fragilisé certains de nos fidèles partenaires. Toutefois, nous avons quelques dates européennes en tête sur lesquelles nous ne manquerons pas de concourir cette année, note Fabien Pailler.

« L’heure de retrouver la véritable compétition est arrivée et je suis ravi de pouvoir reprendre les commandes de la Peugeot 208 sur le circuit de Châteauroux. Cette saison 2022 nous a laissé entrevoir un fort niveau de compétitivité en Supercar alors que l'arrivée des nouvelles gommes dures Cooper Tires ne va pas manquer de nous offrir un challenge des plus intéressants. Il faudra que nous soyons réactifs pour adapter nos réglages en conséquence. »

Pour Jonathan Pailler, l'objectif sera de mettre en évidence sa progression réalisée la saison dernière face aux meilleurs spécialistes du continent européen.

« Ma dernière participation à l'étape de Châteauroux remonte à la saison 2019. À l'époque, je m'étais contenté de la cinquième place de la finale tandis que mon équipier François Duval avait su se saisir de la première place pour le compte de l'équipe Pailler Compétition. Depuis, la piste de Châteauroux a évolué avec des aménagements venus se greffer sur le circuit et il sera intéressant de voir de quelle manière nous parviendrons à nous adapter à cette problématique. Comme le souligne Fabien, la nouvelle gomme plus dure imposée par la réglementation sera l'un des challenges que nous devrons relever mais je suis plutôt impatient à l'idée de retrouver le volant de la Peugeot 208. Ma saison européenne m'a permis de progresser dans quantité de domaines. Je suis donc curieux à l'idée de voir jusqu'où les enseignements tirés de la saison 2021 pourront me conduire. »

Crédit photo : Tom Banks Photography / Pailler Compétition

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pailler Compétition conclut la saison en trombe à Spa-Francorchamps

La conclusion de cette saison 2021 ne pouvait guère être plus productive pour la structure Pailler Compétition. Pour son premier véritable programme complet sur la scène européenne depuis 2008, Fabien et Jonathan Pailler ont coupé leur effort sur une excellente note.

Certes, Fabien Pailler n’a pas réussi à contrôler le retour du vice-champion du Monde 2019 et actuel pilote officiel Subaru Motorsport USA sur le front du Nitro Rallycross Andreas Bakkerud, mais le double champion de France Supercar aura maintenu le suspense intact jusqu’au dernier tour de la finale.

Piégé par une position de départ difficile lors de la première manche qualificative, Fabien a vécu une entrée en matière compliquée seulement récompensée par une huitième place au classement intermédiaire samedi soir. Rien qui ne puisse empêcher le pilote aux couleurs d’Intermarché Carte Pro Carburant de glaner quatre positions le lendemain pour conclure ses qualifications à la quatrième place.

Distancé d’une petite longueur au classement général du championnat par Bakkerud avant le coup d’envoi des phases finales, Fabien Pailler n’a absolument rien lâché et s’est employé à maintenir une pression constante sur les épaules d’Andreas Bakkerud en rejoignant le Norvégien sur la première ligne de la finale.

En dépit de ses efforts et d’une pointe de vitesse similaire à celle de son adversaire majeur pour le titre, Fabien récoltait les lauriers de la deuxième marche du podium tout en s’assurant du titre de vice-champion d’Europe. Une performance que la structure Pailler Compétition n’avait plus atteint depuis la saison 2000.

De son côté, Jonathan Pailler n’a pas manqué cette dernière étape de la série FIA Euro RX1. Seulement septième du classement général avant le rendez-vous de Spa-Francorchamps, le pensionnaire de la structure Pailler Compétition est allé décrocher sa meilleure performance de la saison en atteignant la marque de 23 points (sur 30 possibles).

Auteur de trois Top 3 durant les manches qualificatives, Jonathan ira jusqu'à s'offrir son premier scratch à ce niveau de la compétition lors d'une Q4 décisive qui lui permettra de valider définitivement la deuxième place du classement intermédiaire en amont des phases finales.

Deuxième de sa demi-finale dans le sillage de Fabien Pailler, Jonathan terminera aux portes d'un premier podium en convertissant les points de la quatrième place en finale. Suffisant pour assurer au pilote Pailler Compétition de terminer la saison 2021 à la quatrième place du classement général.

Fabien Pailler - Peugeot 208 Carte Carburant PRO Intermarché // AXEL Fermetures

« Dans l’ensemble, on ne peut qu’être satisfait de notre saison. Avant le coup d’envoi du championnat, on ne savait pas trop où on allait pouvoir se situer en termes de performances. Le championnat d’Europe, ce n’est pas le championnat de France. Tout le monde peut performer à Lohéac dans le cadre d’une simple pige mais c’est une toute autre histoire que d’arriver à être dans le match sur chacune des autres épreuves du calendrier et c'est ce que nous sommes parvenus à réaliser. De ce point de vue précis, le bilan ne peut être que positif mais sans nos ennuis à Höljes et Lohéac, deux podiums supplémentaires auraient pu être à notre portée et il y a fatalement de la déception à l’idée de se dire que ce titre aurait pu être pour nous. Il faut faire avec mais, de toute façon, on ne peut pas avoir de regrets pour cette épreuve de Spa. Nous avons donné le maximum et le résultat de la finale prouve que la logique du week-end a été respectée. Ce titre, ce n’est pas à Spa que nous l’avons perdu mais plutôt en amont lors des rendez-vous d’Höljes et Lohéac. À notre échelle, ce titre de vice-champion d'Europe reste une performance exceptionnelle et, avec une saison de recul, je n'ai qu'une seule envie désormais : prouver que Pailler Compétition est en mesure d'aller décrocher la couronne suprême. »

Jonathan Pailler - Peugeot 208 SALAÜN Holidays // AXEL Fermetures

« Notre première campagne complète en championnat d’Europe FIA ne pouvait se terminer sur une meilleure note. Avec un titre de vice-champion d’Europe décroché derrière un pilote habitué à se battre pour le titre mondial, cela ne fait que conforter notre approche et notre méthodologie déployées depuis le début de la saison. Nous avons certes manqué de réussite lors des deux premières épreuves du championnat mais nous avons su rectifier le tir. À titre personnel, cette épreuve de Spa-Francorchamps disputée dans une enceinte on ne peut plus mythique m’a permis de signer mes meilleures performances de la saison. Le podium était à ma portée mais cette dernière course va nous aider à basculer sur 2022 avec quelques pistes très intéressantes à creuser pour aborder le prochain exercice avec des ambitions encore plus évidentes. Nous n’avions absolument aucune idée de ce que pourrait être notre niveau de performances lorsque nous avons attaqué ce championnat mais nous sommes désormais pleinement rassurés sur notre niveau de jeu. Je ne rêve que d’une chose désormais : aller chercher ce titre européen en 2022. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pailler Compétition a rendez-vous avec l’histoire

Avec respectivement deux et huit longueurs d’avance sur le vice-champion du Monde 2019 Andreas Bakkerud et sur son homologue tricolore Andréa Dubourg, Fabien Pailler s’apprête à vivre le week-end le plus intense de toute sa carrière sportive.

Meilleur performer du championnat d’Europe Euro RX1 dans l’exercice des qualifications, Fabien est parvenu à ses fins en Lettonie sur la piste de Riga en s’offrant un premier podium aux commandes de sa Peugeot 208.

Une performance qui lui permettra d’arriver en Belgique sur le spectaculaire circuit de Spa-Francorchamps en qualité de leader du classement général. Comme en Lettonie le mois dernier, c’est sans aucune expérience préalable sur cette piste que Fabien Pailler tentera de réaliser l’exploit dans les Ardennes Belges et de signer une entrée fracassante dans l’histoire du Rallycross Français et Européen.

De son côté, Jonathan Pailler s’emploiera à conclure la saison 2021 sur une bonne note en essayant de convertir une deuxième qualification pour une finale après celle obtenue en août dernier sur la piste d’Höljes lors du coup d’envoi du championnat.

Fabien Pailler - Peugeot 208 Carte Carburant PRO Intermarché // AXEL Fermetures

« Spa est différent des pistes qu'on peut connaître. Il y a beaucoup de terre et il ne faut pas hésiter à glisser en exploitant le moteur à pleine charge. Ce n'est pas vraiment le style de pilotage auquel je suis habitué. Il faudra qu'on soit en mesure de s'adapter le plus rapidement possible aux enjeux de cette piste. Il est clair qu'on veut poursuivre sur notre lancée et faire de notre mieux pour conforter la pointe de vitesse que nous avons su démontrer depuis le début du championnat. »

« Le plus important sera de garder les pieds sur terre et ne rien perdre de notre niveau de concentration. Vu le niveau de l'opposition que nous rencontrons depuis Holjes, on sait que tout peut absolument se produire. Je n'oublie pas que mon premier poursuivant n'est autre qu'Andreas Bakkerud et que ce n'est pas franchement le premier venu dans la discipline. S’il y a un favori à désigner, c’est Andreas. Même si je suis aux commandes du général, je ne peux pas me considérer autrement que sous l’angle d’un simple outsider avec un pilote d’un tel calibre sur la grille de départ. Avant de penser au titre, nous avons un énorme chantier qui nous attend en Belgique. Cette saison 2021 a été tellement folle avec tous ces rebondissements que cela m’incite fortement à croire que nous sommes encore loin d’être au bout de nos surprises. »

Jonathan Pailler - Peugeot 208 SALAÜN Holidays // AXEL Fermetures

« C’est un moment capital de notre saison et tout spécialement pour Fabien qui va avoir l’opportunité de jouer le titre Européen sur cette dernière course du calendrier. C’est difficile d’imaginer un meilleur terrain de jeu qu’un circuit de Spa-Francorchamps qui figure dans la légende du sport automobile mondial. Pour notre équipe, ce circuit constituera une authentique première mais nous avons prouvé lors de la dernière étape de Riga en Lettonie que nous avions la capacité de nous adapter rapidement à un nouveau contexte. »

« Spa constitue la dernière épreuve du calendrier et tout le monde aura à cœur de briller avant de refermer le chapitre de cette saison 2021. C’est la raison pour laquelle il faudra être vigilant et être prêt à se saisir de toutes les opportunités qui pourront se présenter à nous. Le niveau du championnat est tellement relevé que nous n’avons pas la moindre marge de manœuvre. L’Euro RX1 impose d’être un niveau d’excellence absolu pour performer. Certes, la perspective pour notre équipe de décrocher un deuxième titre européen nous promet un week-end sous très haute-tension mais c’est tout ce qui fait la beauté du sport de haut-niveau et la raison pour laquelle nous avons choisi de nous aligner sur ce programme européen. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Fabien Pailler s'empare des commandes du Championnat à Riga

Pour sa première sortie sur le tracé de Riga, Fabien Pailler ne pouvait espérer meilleure conclusion. Leader du classement provisoire du meeting samedi au terme de la première journée de compétition, le double champion de France Supercar est allé se saisir de la deuxième marche du podium en s’intercalant entre la Škoda Fabia du Letton Janis Baumanis et la Hyundai i20 du Suédois Peter Hedström.

Une performance qui permet à Fabien Pailler de s’emparer des commandes du classement général au détriment du vice-champion du Monde 2019 Andreas Bakkerud. Éliminé en demi-finale, le Norvégien cède son leadership au pilote breton qui se présentera le mois prochain en Belgique avec l’opportunité de briguer le titre de champion d’Europe FIA 28 ans après celui décroché en octobre 1993 par Jean-Luc Pailler en Allemagne sur la piste de Buxtehude. Une récompense qu’aucun autre pilote tricolore n’a été en mesure d’obtenir depuis cette fameuse date historique.

Pour Jonathan Pailler, l’étape de Riga fut ponctuée par trois Top 8 en qualifications dont un sixième temps décroché lors de la quatrième manche qualificative. Tout proche de décrocher une qualification pour la finale, le pilote de la Peugeot 208 a été ralenti par un concurrent parti à la faute dans le virage 8 du circuit de Riga.

Huitième du classement général au soir de Lohéac, Jonathan effectue néanmoins un bond d’une place pour pointer au septième rang du championnat en amont de l’ultime étape de Spa-Francorchamps.

Fabien Pailler – Peugeot 208 Intermarché CARTE PRO CARBURANT / AXEL FERMETURES

« Ça fait surtout beaucoup de bien de pouvoir aller au bout d’un meeting, » commente Fabien.

« Sur le fond, nous avons signé une course à peu près conforme aux deux premières à la seule différence que, sur la forme, nous avons réussi à transformer l’essai. Pour toute l’équipe, cette deuxième place récompense tous nos efforts car ce n’est jamais agréable de conclure une course sur un problème technique d’ordre secondaire. Ce podium me fait vraiment plaisir pour toute l’équipe car un programme de cette ampleur est plus qu’intense et qu’on y passe énormément de temps et d’énergie. »

« Il n’y avait pas que les pneumatiques à gérer sur cette piste mais il y avait aussi un capital voiture à préserver tellement Riga est une piste exigeante pour la mécanique. Nous avons d'ailleurs assisté à quelques casses mécaniques au niveau des suspensions parmi nos concurrents durant le week-end mais l’équipe est parvenue à être très réactive à ce sujet. Nous avons opté pour quelques changements “préventifs” histoire d’anticiper au maximum les fameux “coups du sort”. Paradoxalement, on signe une deuxième place sur le circuit où on avait le plus de probabilités de se mettre en danger sur le plan mécanique tellement les sauts sont violents à Bikernieki. Cependant, tout s’est parfaitement bien passé. Comme quoi, le sport auto est parfois étrange. »

« Pour l’instant, je préfère ne pas trop penser à l’hypothèse de décrocher le titre de champion d’Europe. N’oublions pas que notre premier poursuivant au général n’est autre que le vice-champion du Monde 2019 Andreas Bakkerud. Andreas va arriver à Spa avec beaucoup plus de repères que moi et quand je constate la pointe de vitesse dont il a su faire preuve ce week-end, je sais très bien que jouer le titre face à lui ne sera pas une mince affaire. En Belgique, nous devrons encore découvrir un nouveau tracé et quand on se retrouve dans une telle situation, cela demande beaucoup de travail et de concentration pour parvenir à se hisser au niveau de nos adversaires. »

Jonathan Pailler – Peugeot 208 SALAÜN HOLIDAYS // AXEL FERMETURES

« J'ai malheureusement mis trop de temps à me mettre en action et à trouver le bon équilibre sur cette piste. Riga est un circuit compliqué avec près de 12 virages contre 5 ou 6 sur les pistes françaises. D'ordinaire, le fait de m'appuyer sur les caméras embarquées de Fabien m'aide à trouver le bon tempo mais j'ai tout simplement eu beaucoup de mal à trouver la juste mesure lors de la première journée de compétition. J'ai su réagir dimanche avec ce sixième temps en Q4 mais c'était déjà trop tard pour espérer récupérer une meilleure position sur la grille de départ en vue des demi-finales. »

« Néanmoins, j'avais cette qualification pour une finale à portée de main mais je me suis fait piéger par un pilote parti à la faute [Thomas Bryntesson]. J'ai essayé de le contourner mais sa voiture a reculé juste après son impact avec le rail de sécurité. Je n'ai pas eu de réussite sur ce coup-là mais cela relève du simple fait de course. Cela n'a tout simplement pas tourné en ma faveur mais j'ai au moins eu la chance ramener la voiture à bon port et c'était, au delà du résultat, également un de mes objectifs du week-end. »

« J'ai senti une nette progression au fur et à mesure du week-end. J'ai certes mis du temps à entrer en action mais une fois après avoir cerné les bons préceptes à adopter sur le plan du pilotage, j'ai pu démontrer ma pointe de vitesse en Q4. Je passe tout près d'une qualification en finale et cela me laisse quelques regrets. Avec un peu plus de vécu sur cette piste, j'aurais sans aucun doute pu trouver les bons ajustements d'entrée de jeu mais il faut désormais se focaliser sur la Belgique et Spa-Francorchamps. Fabien est en tête du championnat et nous mettrons tout en œuvre pour qu'il puisse conserver sa position au soir de la dernière épreuve de la saison. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pailler Compétition met le cap sur Riga

Après la Suède et Lohéac, l'équipe Pailler Compétition met le cap sur la Lettonie ce week-end pour le troisième rendez-vous de la saison 2021 du championnat d'Europe FIA de Rallycross Euro RX1.

Riga, un morceau de choix !

Situé à moins de dix minutes du centre-ville de la capitale Lettone, le tracé de Bikernieki s'impose comme l'un des tracés parmi les plus techniques de la saison.

Avec un tracé de 1294 mètres (1352 mètres avec le Joker Lap), le circuit de Riga est le plus long de la saison avec pas moins de 12 virages que Fabien et Jonathan Pailler devront parcourir en moins de 50 secondes pour avoir une chance de jouer les premiers rôles.

Toutefois, la structure Pailler Compétition ne devrait pas être dépaysée avec une piste dont la typicité est proche de celle des tracés du championnat de France. Si l'asphalte prédomine à Bikernieki, le revêtement en béton qui se cache sous les portions en terre se révèle ultra-abrasif pour les pneumatiques.

Autant dire que leur gestion constituera l'une des clés du week-end puisque ces derniers seront constamment mis à contribution.

Des premiers mètres décisifs !

Pour avoir une chance de bien figurer à Riga, il faudra aux pensionnaires de la structure Pailler Compétition faire preuve d'autorité d'entrée de jeu.

D'une grille de départ qui, contrairement à Lohéac, n'offre pas un avantage déterminant aux pilotes s'élançant depuis les couloirs intérieurs, franchir le troisième virage du tracé aux deux premières places de la course s'imposera en revanche comme une nécessité. La faute à un Joker Lap situé en fin de parcours et qui ne permettra guère aux pilotes mal partis de combler leur retard cumulé sur les premiers mètres de course.

Une Q1 en juge de paix !

À Bikernieki, Fabien et Jonathan Pailler devront se montrer vigilants. Si la gestion des pneumatiques joue un rôle clé à Riga, il faudra frapper fort d'entrée de jeu et récolter d'excellents chronos dès la Q1 si l'équipe tricolore souhaite conserver la main sur cette thématique.

En effet, il faudra impérativement que les pilotes Pailler Compétition puissent valider une position parmi le Top 6 de la série FIA Euro RX1 au terme des quatre manches qualificatives puisque seuls les trois premiers couloirs de la grille durant les phases finales offrent un avantage déterminant pour franchir le premier virage du circuit avec de réelles chances de succès.

Le point au championnat

#20 Fabien Pailler - Peugeot 208 Intermarché Carte Carburant PRO // AXEL Fermetures

Quatrième du classement général, Fabien Pailler n'assume que sept longueurs de retard sur le vice-champion du Monde 2019 Andreas Bakkerud. Meilleur performer de la série Euro RX1 avec 14 points scorés en moyenne (sur 16 possibles) dans l'exercice des qualifications, le double champion de France Supercar n'a en revanche pas eu la réussite escomptée durant les phases finales. Stoppé à l'amorce du dernier tour à Höljes alors qu'il s'apprêtait à remporter sa demi-finale, Fabien Pailler était aux portes d'un premier podium à Lohéac avant qu'un problème technique ne ralentisse sa progression en finale.

Deuxième meilleur performer du championnat Euro RX1 sur le plan de la vitesse pure, Fabien Pailler peut toujours espérer repartir de Lettonie en qualité de leader du classement général. Pour ce faire, le pilote Pailler Compétition devra s'appuyer sur un meeting « plein » à Riga avec des performances en phases finales à la hauteur de son niveau de jeu déployé en qualifications.

#18 Jonathan Pailler - Peugeot 208 SALAÜN Holidays // AXEL Fermetures

Qualifié sur la première ligne de la finale dès la première étape du championnat en Suède, Jonathan Pailler a entamé son parcours européen sur une excellente note avec une cinquième place à l'arrivée.

Quatrième du classement général en amont de l'étape de Lohéac, un problème technique survenu dès la Q1 avait contraint Jonathan à se faire violence pour revenir dans le match en vue d’une qualification pour les phases finales. Une opportunité dont le pilote de la Peugeot 208 s'était alors saisi en alignant un troisième puis un quatrième temps en Q2 et Q3 pour remonter pas moins de 14 places au classement intermédiaire.

Si sa position sur la grille de départ des demi-finales à Lohéac n'a pas permis à Jonathan Pailler de valider une deuxième qualification consécutive pour les phases finales, l'intéressé demeure toutefois toujours en lice pour une place sur le podium final du championnat. Avec cinq Top 8 accumulés en qualifications sur les huit manches qualificatives disputées depuis Höljes, le pilote SALAÜN Holidays a démontré une belle régularité et il ne lui manque désormais que quelques points de détails pour rallier le wagon des favoris.

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Riga en ligne de mire pour Pailler Compétition

La structure Pailler Compétition n’en finit plus d’affoler les compteurs sur le front du championnat d’Europe FIA Euro RX1 de Rallycross. Après Höljes où Jonathan et Fabien Pailler s’étaient déjà mis en évidence, les deux hommes ont été en mesure de conforter leur niveau de jeu à domicile sur le circuit de Lohéac.

Deuxième du classement intermédiaire dans le sillage du vice-champion du Monde FIA 2019 Andreas Bakkerud, Fabien Pailler s’est offert sa première victoire de la saison en qualifications lors d’une Q4 qui lui a permis de signer le meilleur tour absolu du week-end.

Pour sa part, Jonathan Pailler s’est heurté d’entrée de jeu à un bris de transmission dès la Q1. Seulement récompensé par un 23e temps, le cadet de la fratrie Pailler s’est retrouvé engagé dans une véritable course de fond pour valider sa qualification en demi-finales. Auteur du troisième meilleur temps de la Q2, Jonathan a réussi à réintégrer le Top 10 du classement provisoire au terme de la première journée de compétition avant d’enchaîner par un 4e temps en Q3 qui finira par lui assurer la neuvième place de la série Euro RX1 à l’issue des qualifications.

Dépositaire de la pole position en demi-finale, Fabien Pailler empochera sans trembler son ticket pour l’ultime Top 6 du meeting tandis que Jonathan Pailler devait se contenter de la cinquième place.

Malheureusement, Fabien Pailler n’aura pas l’opportunité d’aller au bout de son effort en finale. Tout proche de valider son premier podium de la saison, un défaut de valeurs de batterie en finale coupera net sa direction assistée d’entrée de jeu… Si Fabien a tenté de résister jusqu’au bout aux assauts de la concurrence, ce dernier était contraint à l’abandon à un tour du terme de la finale.

Pas de quoi, toutefois, altérer ses chances de décrocher le titre de champion d’Europe FIA. Quatrième du classement général, Fabien ne cumule qu’un débours de sept points sur Andreas Bakkerud tandis que Jonathan Pailler, relégué à 16 points du leader, n’a certainement pas dit son dernier mot.

Surtout, à l’issue des deux premières étapes de la saison, Fabien Pailler s’impose comme le deuxième meilleur performeur de la saison 2021 sur le plan de la vitesse pure sur un tour lancé tout autant que sur celui de la vitesse moyenne obtenue sur la globalité des deux meetings d’Höljes et Lohéac.

Fabien Pailler Peugeot 208 #20 // Intermarché CARTE PRO Carburant – AXEL Fermetures – DIWALL

« Quand j’ai mis le contact en prégrille, je me suis aperçu qu’il y avait une petite alerte de tension de batterie. La dernière fois que cela s’était produit, c’était à Faleyras en 2019 et j’avais déjà été contraint à l’abandon alors que j’étais pourtant en tête de la finale. Cette fois, dès le premier virage de la finale, la direction assistée a commencé à souffrir de coupures. Je me suis vraiment battu pour la faire tourner, je criais même à l’intérieur de la voiture pour me donner du courage. Malheureusement, dans l’avant dernier tour de la finale, tout s’est complètement coupé. La voiture s’est arrêtée et je n’ai rien pu faire pour éviter cet abandon. »

« Forcément, il y a une certaine frustration qui s’accumule car nous mettons tout en œuvre en amont et pendant les courses pour aller chercher les meilleurs résultats possibles. Cela a été assez dur à vivre de clôturer ce week-end de Lohéac de cette manière alors que nous aurions pu nous emparer des commandes du championnat sans cet abandon en finale. Après la Suède, c’est la deuxième fois que nous passons à côté du podium. Après, il faut aussi relativiser car ce championnat est complètement fou. En deux épreuves, nous avons perdu Anton [Marklund] en Suède qui a pulvérisé sa VW Polo en Q4 alors qu’il était en route vers sa première victoire tandis que JB [Dubourg] a été contraint de déclarer forfait pour le reste de la saison suite à un retour de volant qui lui a fracturé le bras gauche à Lohéac. »

« Rien n’est facile dans ce championnat. Le danger vient de partout et les rebondissements ont été déjà relativement nombreux en seulement deux courses disputées. Même si nous sommes déçus après Lohéac, il y a toutefois de nombreux motifs de satisfaction à retenir. Nous avons une voiture qui est très efficace et nous avons la pointe de vitesse pour jouer devant donc il va falloir qu’on capitalise là-dessus. La conclusion de notre meeting à Lohéac est dure à digérer mais on va se reprendre et se concentrer sur la préparation des deux dernières courses car, désormais, nous n’avons plus de droit à l’erreur si nous voulons aller chercher le titre. »

Jonathan Pailler Peugeot 208 #18 // SALAUN Holidays – AXEL Fermeture - DIWALL

« J’ai mal entamé mon week-end à Lohéac avec cet arbre de transmission qui m’a lâché suite à un contact sur le premier virage. On sait que sur cette piste, il faut impérativement figurer parmi le Top 4 du classement intermédiaire à l’issue des deux premières manches pour avoir une chance de performer durant les phases finales et ainsi s’imposer comme un candidat au podium. Au lieu de ça, j’ai dû attaquer ma course depuis le fond du classement mais j’ai su remonter pas moins de 14 places sur les trois manches qualificatives suivantes. Cela, ajouté à mon Top 3 signé en Q2, prouve que nous n’étions pas loin du compte à Lohéac. »

« Dans ces compétitions de très haut-niveau où nous sommes opposés à ce qui se fait de mieux sur le continent européen, la moindre approximation se paye comptant mais nous allons faire en sorte de rectifier le tir en vue des prochaines étapes de Riga et Spa-Francorchamps. »

« Spa et Riga figurent parmi les deux pistes sur lesquelles nous n’avons pas de références et c’est aussi pour cette raison que les deux premières courses d’Höljes et Lohéac ont tendance à nous laisser sur notre faim car il s’agissait de deux pistes où nous avions déjà des repères. On a manqué le coche alors que nous étions dans une position où nous pouvions marquer de très gros points en vue du général. Néanmoins, on espère que la chance finira par tourner. Il faut juste qu’on se remobilise au plus vite en vue de l’étape de Riga. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pailler Compétition veut sa revanche à Lohéac

Entre un Fabien Pailler coupé dans son élan à Höljes alors qu’il s’apprêtait à couper la ligne d’arrivée de sa demi-finale en vainqueur et un Jonathan Pailler qui n’aura pas su capitaliser sur sa qualification sur la première ligne de la grille en finale, les deux pensionnaires de l’équipe éponyme entendent bien rectifier le tir.

Respectivement cinquième et quatrième du classement général avec 9 et 7 points de retard sur le leader virtuel de la série Euro RX1 JB Dubourg (le vainqueur de l’étape d’Höljes Thomas Bryntesson étant absent en Bretagne - ndlr), Fabien et Jonathan Pailler disposent d’une réelle opportunité d’inverser la dynamique en intégrant le Top 3 du championnat d’Europe FIA ce week-end.

« La frustration vécue à Holjes est derrière moi, note Fabien Pailler.

« C’est toujours difficile d’accepter un abandon lorsque vous êtes si proches de vous qualifier sur la première ligne d’une finale et de décrocher un podium sur un circuit aussi mythique et compliqué qu’Höljes mais il est temps de nous focaliser sur l’épreuve de Lohéac désormais. »

« Lohéac est un circuit taillé sur mesure pour nos voitures. En termes de pilotage, le tracé est beaucoup moins sélectif qu’Höljes. Même si le circuit est plus simple à appréhender, cela signifie également que les écarts promettent d’être encore plus resserrés et qu’il faudra être vigilant dans absolument tous les secteurs. »

« Sur cette piste, l’efficacité sur départs arrêtés jouera un rôle clé. Ce sera la première étape à valider sur notre feuille de route si nous voulons avoir notre mot à dire parmi les finalistes de l’épreuve tandis que la gestion des pneumatiques sera tout aussi importante. Cela suppose de réaliser une excellente première journée de compétition si on souhaite établir une stratégie cohérente jusqu’à la finale. »

Pour Jonathan Pailler, si sa qualification pour une finale à Höljes et sa quatrième place au classement général du championnat lui ont permis de valider ses objectifs, le pensionnaire de la structure Pailler Compétition veut lui aussi passer à la vitesse supérieure à Lohéac.

« En Suède, j’ai eu besoin de deux manches qualificatives pour parvenir à être dans le bon tempo mais le contexte sera différent à Lohéac. Compte-tenu du niveau d’engagement qu’il faut mettre derrière le volant à Höljes si on veut être compétitif, cela va me permettre d’attaquer cette épreuve de Lohéac sur un tempo plus élevé. C’est d’autant plus vrai qu’on connaît ce tracé jusque dans ses moindres détails et que l’effet de surprise sera moins important qu’en Suède où il faut toujours un peu de temps pour retrouver ses marques. »

En amont de ce week-end qui marquera la deuxième étape de la série FIA Euro RX1, les ateliers de la structure Pailler Compétition auront tourné à plein régime.

« Depuis notre retour de Suède, nous avons dû composer avec un timing très serré. Au total, nous n’avons pas eu plus de cinq jours pour remettre nos voitures en ordre de bataille en vue de Lohéac. Le rythme aura été au moins aussi intense que ce qui nous attend ce week-end mais j’ai bon espoir à l’idée que Fabien et moi-même puissions être en mesure de réaliser une performance de choix. À titre personnel, je ne suis qu’à un point de la troisième place du classement général et il y a très certainement un bon coup à jouer ce week-end. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pailler Compétition proche de l'exploit en Suède

Pour son retour dans le Värmland suédois, l’équipe Pailler Compétition n’a pas fait les choses à moitié. D’un Fabien Pailler capable de faire jeu égal avec les meilleures références de la scène européenne, le double champion de France Supercar occupait la deuxième place du classement intermédiaire au soir de la première journée de compétition. Intercalé entre Anton Marklund et Andreas Bakkerud en amont de la Q3, le tricolore aurait même pu espérer terminer les qualifications aux commandes du classement intermédiaire sans une pénalité de cinq secondes essuyées lors de l’ultime session du meeting.

Qualifié sur la première ligne de sa demi-finale, Fabien Pailler était tout proche de valider une première place qui aurait pu contribuer à l’expédier sur la première ligne de l’ultime confrontation du meeting. Hélas, à un tour du terme, une roue arrachée viendra mettre un terme malheureux à ses ambitions.

De son côté, Jonathan Pailler s’est offert une entame de meeting autrement plus mesurée. Précautionneux, le pilote de la Peugeot 208 n’a pas cherché à forcer le destin tout au long des quatre manches qualificatives avec une septième place à mettre à son actif au classement intermédiaire établi à l’issue de la Q4.

Toutefois, c’est bien le cadet de la fratrie Pailler qui se chargera de prendre en main la destinée de l’équipe bretonne. Fabien Pailler contraint à l’abandon, Jonathan capitalisait sur cette opportunité pour franchir la ligne d’arrivée de sa demi-finale à la première place. Qualifié sur la première ligne de la finale aux côtés du vainqueur du jour le norvégien Thomas Bryntesson, Jonathan ira décrocher une cinquième place qui lui permet de mettre la main sur la quatrième place du classement général à seulement un point du vice-champion du Monde 2019 Andreas Bakkerud.

Si Fabien Pailler n’aura pas réussi à conforter son statut de candidat à la victoire lors d’une demi-finale où le double champion de France Supercar aura cruellement joué de malchance, la qualification de Jonathan pour la grande finale prouve qu’il faudra assurément compter avec la structure Pailler Compétition dans les rangs du championnat d’Europe Euro RX1 cette saison.

À dix jours du rendez-vous de Lohéac, c’est avec des ambitions évidentes que l’équipe la plus titrée de l’histoire du Rallycross tricolore peut envisager la suite de ses aventures.

Fabien Pailler - Peugeot 208 INTERMARCHÉ CARTE PRO CARBURANT/AXEL Fermetures

« On ne pensait pas pouvoir être aussi compétitifs d'entrée de jeu. D'une part, nous n'avions pas beaucoup d'expérience sur ce circuit et, d'une autre, nous étions opposés à un plateau ultra-compétitif. Honnêtement, voir que nous étions capables de jouer le podium voire peut-être mieux fut une très bonne surprise. Forcément, cet abandon à un tour du terme de l’arrivée en demi-finale me reste en travers de la gorge. On casse à un tour du terme de la demi-finale alors qu'une première ligne de finale nous attendait.

C'est une course à moitié satisfaisante car nous nous sommes engagés sur un championnat complet et un abandon en demi-finale est globalement la pire chose qui puisse nous arriver sur un plan strictement comptable. Nous étions là pour marquer des points donc le résultat final est très frustrant.

Sur le papier, nous savions que nos voitures étaient compétitives mais une épreuve de Rallycross dans les rangs de la série Euro RX1 ne se limite pas simplement au matériel. Il faut parvenir à cocher toutes les cases et mettre bout à bout tous ces micro-détails pour performer. Avant ce week-end, on ne savait pas si nous serions en mesure de prendre de bons envols ou encore si nous allions être en mesure de mettre le doigt sur le bon setup. Malgré la frustration, on va essayer de se focaliser sur le positif et le fait de constater qu'on peut faire jeu égal avec les favoris est un premier élément de réponse. Si nous avons réussi à trouver la vitesse qui aurait pu nous permettre de nous imposer sur un tel circuit, il n'y a pas de raison pour qu'on ne puisse pas le reproduire ailleurs. On a perdu beaucoup de points ici mais il faut l'accepter et passer à autre chose en se refocalisant sur Lohéac au plus vite. »

Jonathan Pailler - Peugeot 208 SALAÜN Holidays / AXEL Fermetures

« Honnêtement, j’ai eu un peu de mal à me remettre dedans. J’ai fait quelques erreurs lors des essais libres qui ne m’ont pas franchement aidé à accumuler de la confiance. Höljes est un circuit à très haute vitesse donc il y a toujours un cap à franchir en termes d’adaptation. J’étais trop focalisé sur le vibreur du premier virage car j’ai été marqué par le fameux tonneau d’Olivier Anne et celui de Nitiss quelques années plus tard. Il a fallu que je parvienne à faire abstraction de ça. Si Fabien a rapidement trouvé ses repères, je dois admettre que cela a pris un peu plus de temps dans mon cas.

J’ai été trop timide en Q1 sur le premier virage. Je pensais que mes adversaires seraient plus virulents donc je n’ai pas voulu prendre de risques. Cela m’a valu de perdre énormément de temps dans le trafic et jamais je n’ai été en mesure de pouvoir exprimer mon potentiel vitesse. Je n’ai pas été très bon sur cette Q1 et même si j’ai été bien meilleur en Q2, je me suis fait piéger par l’évolution de la piste et je n’ai pas été récompensé de ma performance sur le plan chronométrique. Néanmoins, cette Q2 m’a permis de prendre du plaisir et d’attaquer tout en prenant soin de remporter ma première victoire de série. Parvenir à faire ça à Höljes, c’est toujours un moment unique ! » s’amuse Jonathan.

« L’abandon de Fabien reste un énorme regret à mes yeux. Cette roue qui s’envole sur le jump nous gâche un peu la fête. En 30 ans sous les couleurs de Pailler Compétition, “Roro” (Pascal Le Tannou - NDLR) n’avait jamais vu ça ! Un roulement qui lâche de cette manière, c’est très étrange. D’habitude, c’est typiquement le genre de mésaventures qui me sont réservées mais, là, c’est tombé sur Fabien au pire moment du week-end. C’est très frustrant mais on va essayer de se focaliser sur le position car il y a énormément de bonnes choses à retirer de ce week-end

Ça reste un bon week-end pour notre équipe. C’est toujours gratifiant de voir que notre travail porte ses fruits. En dépit de notre manque de roulage, on était dans le coup à Höljes tout en prouvant qu’on pouvait rivaliser avec les meilleurs pilotes européens. Pourtant, sur les deux dernières années, nous nous sommes contentés d’une seule séance d’essais et d’une seule course pour préparer Höljes. C’est très peu en comparaison de nos adversaires.

J’avais fait le choix de ne pas mettre de pneumatiques neufs en demi-finale et je crois que je l’ai un peu payé par la suite en finale. C’est peut-être ce qui peut expliquer mon manque de vitesse lors du dernier Top 6 et le fait que je n’ai pas réussi à faire mieux que cinquième. Toutefois, cette cinquième place reste une bonne performance. J’étais parti dans l’optique de signer un week-end constant comme j’avais su le faire en 2019 dans les rangs du World RX. De ce côté-là, j’ai rempli mes objectifs tandis que je marque de bons points en vue du championnat et c’est forcément encourageant pour la suite.

On a encore compris pas mal de choses ce week-end. À commencer par nos performances sur départs arrêtés. Nous n’avons pas encore autant de recul qu’on pourrait le souhaiter avec ces voitures mais on continue à apprendre à mieux cerner leur exploitation à chaque nouvelle sortie. C’est positif pour la suite de la saison. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pailler Compétition à l'assaut d'Höljes

Après une mise en jambe victorieuse sur la piste de Kerlabo à la fin du mois de juillet, la structure Pailler Compétition abordera à compter de ce vendredi 20 août la première étape d’un challenge on ne peut plus relevé en Suède sur le mythique circuit d’Höljes.

Un rendez-vous qui s’annonce des plus musclés. Outre les favoris habituels à la couronne européenne, pas moins de trois anciens pensionnaires du championnat du Monde FIA de Rallycross viendront se joindre à la fête.

Du vice-champion du Monde 2019 de Rallycross Andreas Bakkerud en passant par des pilotes on ne peut plus référencés du calibre de Janis Baumanis et Anton Marklund, ils seront près d'une quinzaine à pouvoir revendiquer l’une des six places qualificatives pour une finale.

Dans un tel contexte, c’est en qualité de simples “outsiders” que Fabien et Jonathan Pailler aborderont ce premier rendez-vous de la saison.

« Je serais déjà satisfait si on parvenait à atteindre le stade des demi-finales tandis qu’un ticket pour une finale serait une véritable réussite, note Fabien Pailler.

Il y a un très gros plateau pour cette première course et, en dehors de JB et Andréa qui sont deux excellents pilotes et qui arriveront à Höljes très bien préparés et avec une grande expérience de la série Euro RX désormais, il y aura quantité de pilotes qui évolueront sur un terrain de jeu qu’ils connaissent très bien et qui ont l’habitude des compétitions de très haut-niveau. Qu’il s’agisse de Marklund, Bryntesson, Münnich, on aura face à nous de sacrés références », indiquait Fabien avant que les deux Škoda Fabia de la firme ES Motorsport ne viennent semer le désordre dans la hiérarchie de la série Euro RX avec une redoutable paire Bakkerud/Baumanis.

Certes, les deux pilotes Pailler Compétition n’étaient pas passés loin d’une qualification pour les demi-finales en 2019 lors d’une pige distillée sur cette même piste du Värmland dans le cadre du championnat du Monde FIA mais le double champion de France Supercar se veut prudent.

« En 2019, nous étions dans le coup en termes de performances et de chronos mais le plateau promet d'être aussi relevé. En deux ans, beaucoup de pilotes ont sans doute fait progresser leurs voitures et le contexte promet d’être très différent du championnat de France où on connaît parfaitement nos concurrents. En France, on sait contre qui on se bat et le fait de connaître les pistes par cœur nous permet d’être performants dans toutes les configurations de piste. On passe d’une série où il y a très peu d’inconnues à une autre sur laquelle nous avons clairement moins de références. Toutefois, ça va être intéressant de voir où on se situe. Même si je nous considère plutôt comme des outsiders, il est certain que nous n’aurons rien à perdre. »

Un statut de « simples outsiders » que Jonathan Pailler ne reniera pas.

« Kerlabo était pour nous l’occasion de réviser nos gammes mais le plus important pour nous, c’était d’avoir la garantie que nous pourrions prendre la route de la Suède en étant bien préparés. Höljes est une piste qu’on connaît bien désormais donc nous n’avons qu’une seule hâte : rouler, s'amuse Jonathan.

Höljes, c’est le parfait opposé de ce que l’on connaît en France où le grip est quasi-identique sur toutes les pistes. À Höljes, on arrive sur un tracé large et typé rallye avec du dénivelé, de la véritable terre et de sacrés jumps à franchir. Ce n’est pas des choses dont nous avons l’habitude en championnat de France. À Höljes, il faut mettre de la glisse pour aller vite et c’est forcément très plaisant. Pour l’instant, c’est compliqué de savoir où on se situe par rapport aux autres. C’est la raison pour laquelle notre premier objectif reste le Top 12 et une qualification pour les phases finales. Certains pilotes n’ont pas roulé depuis un moment et d’autres ont fait progresser leurs voitures donc c’est difficile d’y voir clair. Je pense que cette première course de la saison devrait nous permettre d’être fixé quant à notre véritable niveau de jeu. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Kerlabo en guise d'ultime préparation

De retour sur la scène du championnat de France de Rallycross après une absence longue de 21 mois, l'équipe Pailler Compétition compte bien profiter de l’étape de Kerlabo pour peaufiner sa préparation en vue de son programme à venir sur le front de la série Euro RX1/Supercar.

D’une dernière édition de Kerlabo marquée par un doublé à mettre à l’actif de Fabien et Jonathan Pailler, c’est en prévision de l’étape d’Holjes à venir du 22 au 24 août prochain que la structure Pailler Compétition viendra tâter le terrain du Supercar tricolore, ce week-end, sur le circuit de Kerlabo.

« On voulait absolument participer à cette course de Kerlabo qui se déroule sur nos terres et devant nos partenaires. On ne pouvait pas passer à côté et puis, il faut aussi admettre que c’est toujours un plaisir de pouvoir évoluer sur cette piste, note un Fabien Pailler bien décidé à profiter de ce meeting pour affûter ses armes.

Pour nous, c’est surtout une très belle opportunité de nous remettre dans le bain avant le coup d’envoi de la série Euro RX. En ce qui me concerne, cela fait presque deux ans que je n’ai plus eu le loisir de rouler en compétition officielle. On veut mettre cette course à profit pour reprendre tous nos automatismes et cela s’applique également à notre équipe technique. Faire des séances d’essais est une chose mais le plus important reste de retrouver les sensations et le rythme de la compétition. Cela va également nous permettre de cerner l’étendue des progrès que nous avons pu réaliser au cours des derniers mois. Là aussi, nous aurons quelques nouveautés à assimiler, et ce, notamment au niveau de la procédure de départ. »

Outre le gain de la plus haute marche du podium, la structure Pailler Compétition compte surtout adopter une approche des plus studieuses.

« Je me suis imposé à trois reprises à Kerlabo en 2013, 2015 et 2019 mais, en ce qui concerne cette édition 2021, nous ne partons pas avec un objectif précis en tête. Certes, on vise toujours la victoire quand on se retrouve sur une grille de départ mais on connaît également les raisons qui nous ont poussé à participer à cette épreuve. Mon objectif est uniquement de reprendre le rythme de la compétition et de nous préparer au mieux en vue d’Holjes. On va vraiment se focaliser sur nos performances et les comparer avec celles de 2019 pour cerner avec exactitude les points sur lesquels nous avons progressé en termes de réglages. On vient à Kerlabo avec la volonté de bosser dur et de permettre à l’équipe de retrouver le rythme. »

Passé tout proche de la victoire en 2019, Jonathan Pailler attend lui aussi cette étape de Kerlabo avec impatience.

« Voilà plusieurs semaines qu’on travaille non-stop dans nos ateliers pour nous assurer que cette saison 2021 sera un succès pour notre équipe, souligne le cadet de la fratrie Pailler.

Kerlabo est une piste sur laquelle j’ai toujours pris beaucoup de plaisir et sur laquelle je me sens dans mon élément. Forcément, je garde en tête que je n’étais pas passé si loin d’une victoire sur cette piste en 2019 mais chaque course à sa propre histoire et un scénario qui lui est propre. Avant de penser à la plus haute marche du podium, nous aurons énormément de boulot à abattre en coulisses tout en ne mettant pas de côté le principal objectif du week-end : emmagasiner des sensations et des informations en vue de notre programme principal en FIA Euro RX1 Supercar. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


< Page précédente - Page 1/16 - Page suivante >