Rallycross RX Team

Quand Timur Timerzyanov teste les 208 Pailler Competition

À l'invitation de la structure Pailler Compétition, Timur Timerzyanov s'est essayé aux commandes des deux Peugeot 208 Supercars qui seront confiées cette année à la paire Fabien Pailler / Jonathan Pailler dans les rangs du championnat de France 2017 de Rallycross. Si les deux journées d'essais distillées par l'ancien triple champion d'Europe de Rallycross se sont déroulées dans le plus grand secret, à la fin du mois de mars, sur la piste de Lessay, nous n'avons pas pu résister à la tentation d'aller sonder le pilote STARD quant à son feeling au terme de tests pour le moins inhabituels.

À seulement quelques heures du coup d'envoi du championnat du Monde FIA qui s'est tenu au début du mois d'avril sur le circuit de Barcelone, le pilote de Kazan a pu se roder aux commandes des deux lionnes qui seront dans quelques jours au départ de l'exercice 2017 du championnat de France de la spécialité. Une rencontre forcément haute en couleurs entre un Timur Timerzyanov qui dispose assurément de la plus vaste des expériences dans le monde du Supercar et une structure Pailler Compétition qui, du haut de ses 12 titres nationaux, s'est assurément érigée comme la spécialiste incontestée du Rallycross français.

Une rencontre d'autant plus intéressante que Timur Timerzyanov dispose d'un vécu pour le moins unique sur la scène du championnat du Monde FIA. Respectivement passé par les équipes Peugeot Hansen, Olsbergs-MSE, Team Austria, difficile en effet de trouver meilleur témoin que le nouveau pensionnaire de la firme STARD de Manfred Stohl pour jauger des qualités et des faiblesses des deux 208 Pailler Compétition. Connu pour son franc-parler, Timur Timerzyanov ne s'embarrasse que très rarement de bons sentiments et s'emploie toujours à livrer une posture bien éloignée de la langue de bois qui incombe pourtant à son statut.

Manifestement, le pilote russe ne regrettait pas un seul instant d'avoir répondu à l'invitation de l'équipe Pailler Compétition.

« Je dois avouer que j'ai été plutôt ravi de ce que j'ai pu voir. Non seulement cela m'a permis de reprendre le rythme de la compétition avant Barcelone, mais j'ai aussi eu le plaisir de recroiser la route de Jean-Luc Pailler que je connais depuis 2001. À l'époque, Ayrat Shaimiev cherchait une voiture pour disputer le championnat d'Europe d'Autocross, et c'est ainsi que les premiers liens entre le Tatarstan et Pailler Compétition se sont établis. Depuis cette époque, c'est toujours avec un plaisir certain que j'ai pris pour habitude de recroiser Jean-Luc dans les paddocks commente le pilote STARD, » avant de revenir plus en détails sur le contenu de ses deux journées passées au volant des deux Peugeot 208.

« Non seulement le circuit de Lessay est très intéressant sur le plan de sa technicité, mais j'ai surtout eu la surprise de voir que Pailler Compétition m'avait mis à disposition les deux voitures de l'équipe. Fabien et Jonathan étaient là, et je pensais naïvement qu'ils allaient eux-aussi en profiter pour rouler avant que je ne comprenne que les deux 208 m'étaient exclusivement réservées. J'ai pu comparer les qualités des deux voitures tout en testant différents réglages tout au long de ces essais. »

« Ce qui m'a clairement surpris, c'est l'efficacité de ces voitures. Bien sûr, il ne s'agit pas des montures que j'ai pour habitude de conduire en FIA World RX, mais en termes de comportement et d'équilibre, c'était vraiment parfait. En réalité, lorsque je m'attaque à des journées de roulage comme celles-ci, je m'attends souvent à devoir perdre du temps en raisons des problèmes techniques qui peuvent surgir, mais cette fois, j'ai pu passer deux jours sans me heurter au moindre problème. De par mon expérience, je peux vous assurer que ce n'est que trop rarement le cas. Certes, le circuit de Lessay est différent de ceux qu'on retrouve en championnat du Monde, mais les 208 sont parfaitement adaptées à ce genre de tracés, » assume Timur, qui a pu aligner pas moins de 130 tours deux jours durant.

Et ce qui semble avoir surpris le pilote russe, c'est surtout la facilité de prise en main des Peugeot 208.

« C'est facile à conduire et au volant, la remontée d'informations est totale. En termes de puissance, j'ai trouvé les moteurs parfaitement équilibrés pour ce genre de piste tandis que la tenue de route des voitures est tellement bonne que vous n'avez pas besoin de les brusquer pour en faire ce que vous souhaitez. Vous ressortez des virages sans aucun souci. Pour être tout à fait honnête, c'est la seule voiture qu'il m'ait été donné de conduire et avec laquelle, au terme du premier run, je n'ai rien trouvé à redire quant à son comportement. Je ne me rappelle même pas avoir eu une voiture aussi saine entre les mains. D'habitude, il faut du temps pour trouver ses repères, et là, j'ai immédiatement trouvé les miens. On a procédé à quelques réglages afin d'adapter complètement les voitures à mon style de pilotage. Je suis curieux de voir ce que Jonathan et Fabien seront en mesure de faire cette saison avec ces 208 en championnat de France. De mon côté, c'était parfait à tous points de vue. Que ce soit sur les freinages sur terre ou asphalte, sur le placement de la voiture en entrée de virages ou sur la facilité avec laquelle les voitures se comportent en sortie de courbes, les 208 fonctionnent au doigt et à l’œil, et ce, que ce soit sur terre ou bien sur asphalte. De plus, nous avons eu droit à toutes les conditions météorologiques possibles durant ces tests. Entre les surfaces humides et détrempées et le sec, j'ai vraiment eu droit à une vision globale de ce que les voitures pouvaient faire. »

« Pour moi, ce fut une préparation optimale avant le championnat du Monde. Bien sûr, ma Fiesta de l'équipe STARD est un peu plus puissante sur le plan de la motorisation, mais la différence n'est pas si énorme lorsque vous vous retrouvez derrière le volant. De même, la conception n'est pas la même, mais je crois que Jean-Luc était pour le moins surpris à l'idée que je trouve ses voitures si efficaces. Nous avons testé pas mal de choses et à vrai dire, je ne m'attendais à me retrouver aux commandes de 208 aussi redoutables. C'est difficile de trouver plus performant pour ce genre de circuits où vous n'avez pas besoin de composer avec de gros jumps comme c'est le cas en championnat du Monde. »

Au terme d'une saison 2016 pour le moins compliquée, il semble que le travail abattu par la structure Pailler Compétition soit sur le point de porter ses premiers fruits.

Voilà qui suffira, si le besoin devait encore s'en faire sentir, à classer la paire Fabien Pailler / Jonathan Pailler parmi des candidats plus que crédibles à la succession de Firmin Cadeddu au palmarès du Supercar tricolore. Des performances que ne manquera pas de suivre au plus près un certain Timur Timerzyanov...

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pailler Compétition lance sa saison

Alors que la saison 2017 se rapproche à grands pas, la structure Pailler Compétition s'apprête à lever le voile sur son programme sportif.

L'équipe la plus titrée de l'histoire du Rallycross Français présentera les nouvelles couleurs de ses Peugeot 208 Supercars le 21 avril 2017 dans les locaux de l'agence AXEL Fermetures de Ploudaniel (29) en compagnie de la journaliste du groupe Canal + et spécialiste de la Formule 1, Margot LAFFITE.

Une rencontre presse se tiendra à 17 heures. L'occasion pour Fabien et Jonathan Pailler de faire le point sur leurs ambitions respectives à seulement quelques jours de la reprise de l'exercice 2017 alors que la structure PAILLER Compétition est en quête d'un 13ème titre de champion de France.

Pour participer à cet événement en notre compagnie, merci de nous contacter à l'adresse suivante:

Emilie Fonderflick

02 98 83 63 03

emilie@axelfermetures.com

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Jonathan Pailler frôle le podium !

Alors que l'avant-dernière étape du championnat de France de Rallycross se déroulait le week-end dernier sur le circuit de l'Ouest Parisien de Dreux, Jonathan Pailler a profité de cette occasion pour aller décrocher son meilleur résultat de la saison.

D'ailleurs, il s'en est fallu de peu pour que le pilote aux couleurs de Salaün Holidays et Axel Fermetures ne soit en mesure de signer son premier podium de la saison lors d'une finale intense où il fut confronté à la Citroën DS3 de Christophe Jouet.

Un duel qui tournera finalement à l'avantage du dernier cité en dépit d'une ultime attaque portée par Jonathan dans le dernier tour, et qui a bien failli porter ses fruits.

« Je pensais avoir réussi à obtenir cette troisième place, mais Christophe Jouet est parvenu à reprendre l'avantage avant l'entrée dans la parabolique. Forcément, c'est toujours un peu frustrant que de passer à côté d'une telle performance, mais il nous manquait un peu de vitesse ce week-end pour viser un meilleur résultat. Le point positif, c'est que notre Peugeot 208 Salaün Holidays / Axel Fermetures s'est révélée fiable durant ces deux jours, » assumait Jonathan Pailler après coup.

Pour sa part, alors que Dreux devait marquer sa dernière sortie en compétition cette saison après son podium obtenu sur le tracé de Mayenne quinze jours auparavant, Fabien Pailler avait profité de la première journée de compétition pour signer le quatrième meilleur tour absolu du week-end. Néanmoins, le pilote Axel Fermetures / Intermarché Carte Carburant Pro était contraint à l'abandon lors du coup d'envoi des deux dernières sessions de qualifications.

« Nous avons eu une alerte moteur dès le warm-up, et nous avons été contraints de déclarer forfait pour la suite du meeting. C'est une déception me concernant, mais après investigation, nous avons identifié un problème de porosité au niveau de la culasse. Il s'agit tout simplement d'un mauvais lot de pièce, donc cela tend à confirmer que nos progrès réalisés quant à la fiabilité de nos moteurs ne sont pas remis en question par cette avarie, et c'est bien là l'essentiel. Il s'agit malheureusement d'un problème que nous ne pouvions pas anticiper en amont de cette épreuve et qui fait partie intégrante des écueils auxquels on peut se confronter avec la mécanique, » expliquait Fabien Pailler.

Pour autant, cette épreuve de Dreux retransmise en direct sur la chaîne L'Équipe s'est soldée comme la dernière sortie de la structure Pailler Compétition cette saison.

En effet, quelques heures après l'arrivée, Jonathan Pailler se voyait contraint de mettre un terme à sa saison avec un constat sans appel pour le pilote Salaün Holidays / Axel Fermetures après un contact essuyé en finale. Poignet cassé, Jonathan Pailler devra subir une opération au cours des prochains jours, empêchant ce dernier de se produire lors de l'ultime étape de la saison à venir à la fin du mois d'octobre sur le circuit de Lessay.

« Je vais devoir rester immobilisé au cours des trois prochains mois, donc il est entendu que je ne participerai pas à l'épreuve de Lessay. Fabien aurait pu me seconder lors de cette course, mais nous n'avons rien à jouer sur cette dernière course de la saison tout autant que nous ne souhaitons pas nous immiscer dans le duel qui oppose les derniers candidats en mesure de jouer le titre. On va surtout mettre à profit les prochaines semaines pour effectuer du roulage et ainsi travailler l'endurance de nos propulseurs, » assume Jonathan Pailler.

Soit une stratégie pertinente alors que la structure Pailler Compétition a déjà débuté les grands travaux en vue de la saison 2017.

« Nos voitures sont désormais conformes à la réglementation du championnat du Monde FIA avec l'adoption d'un nouveau boîtier électronique. Même si nous avons été ralentis dans notre progression lors de la première partie du championnat, nous avons vécu une saison très riche sur le plan de l'apprentissage. Notre équipe repartait depuis zéro, et il a fallu apprendre à travailler tous ensemble tout autant qu'adopter un mode de communication qui soit pertinent. Sur ce plan, le bilan est plus que positif. Désormais, nous allons nous concentrer sur une saison 2017 qui s'annonce déjà comme productive avec de nouvelles évolutions qui viendront se greffer sur nos Peugeot 208, » conclut Jonathan Pailler.

Ne manquez pas le Replay de l'étape de Dreux sur la chaîne L'ÉQUIPE, ce jeudi, à partir de 16 heures.

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pailler Compétition pour une confirmation !

Avant-dernière étape de la saison 2016 du championnat de France, les pilotes de la structure Pailler Compétition abordent le rendez-vous de Dreux avec une féroce envie de confirmer leur pointe de vitesse tout autant que de ramener un résultat de premier choix, après avoir apporté, voici 15 jours, la preuve de leur efficacité sur le circuit de Mayenne.

Et si cette épreuve sera retransmise ce dimanche 9 octobre en direct sur la chaîne L'Équipe à partir de 15 h 15, pour Fabien et Jonathan Pailler, l'objectif sera bien entendu de viser la victoire sur le circuit de l'Ouest Parisien.

Il faut dire qu'en remportant trois des quatre manches qualificatives au programme lors du précédent rendez-vous de Mayenne, la structure Pailler Compétition n'avait pas manqué de se rappeler au bon souvenir de ses concurrents sur la scène tricolore du Supercar. Un état de fait auquel était venu s'ajouter le podium obtenu par Fabien Pailler dans le sillage de Philippe Maloigne.

De quoi attaquer cette 8e étape du championnat de France en toute quiétude.

Fabien Pailler // Peugeot 208 AXEL Fermetures - INTERMARCHÉ Carte Carburant PRO

« Nos voitures ont toujours su se montrer performantes sur ce circuit de Dreux. À titre personnel, je me suis déjà imposé sur ce tracé tandis que Cyril Raymond [titré en RX Lites sur le front du FIA World RX depuis - ndlr] a enlevé la victoire pas plus tard que l'an dernier au volant de l'une de nos Peugeot 208. Autant dire que c'est avec un indice de confiance important que nous aborderons cette épreuve. Et puis, je n'oublie pas que c'est à Dreux que j'ai remporté le titre de champion de France Supercar en 2014. Je conserve donc de bons souvenirs de cette épreuve, et compte-tenu de nos résultats actuels et de nos performances alignées lors de la précédente épreuve de Mayenne, ce rendez-vous de Dreux doit nous permettre de confirmer que notre pointe de vitesse entrevue à cette occasion n'était pas que le simple fruit du hasard. À n'en pas douter, nous mettrons tout en œuvre pour faire briller nos partenaires devant les caméras de la chaîne l'Équipe. Le fait que cette épreuve soit retransmise en direct sur la TNT est un signal fort pour notre discipline et constitue forcément un argument important pour nos partenaires en termes de visibilité. Il s'agit de ma dernière sortie de la saison, et j'ai bien l'intention de conclure mon programme 2016 sur une excellente note. »

Jonathan Pailler // Peugeot 208 SALAÜN Holidays - AXEL Fermetures

« En dépit du travail déployé par notre équipe pour me permettre d'être présent lors de la dernière étape du championnat disputée sur le circuit de Mayenne, je suis un peu resté sur ma faim. Remporter une manche qualificative après avoir été contraint de faire l'impasse sur la première journée de compétition parle d'elle-même, et prouve que nous sommes bien de retour au plus haut niveau. En terme de vitesse pure, nos Peugeot 208 se hissaient parmi les voitures les plus rapides du week-end à Mayenne, et j'ai à cœur de confirmer cette donne au cours des prochaines heures. La confiance est d'autant plus forte que notre équipe est parée à toutes les éventualités, et qu'elle a prouvé son efficacité tout autant que sa réactivité. Même si le premier virage du circuit de Dreux reste propice aux contacts et peut ruiner en une fraction de seconde tous nos efforts, mon objectif est d'aller décrocher la victoire à Dreux. On sait que nous disposons du matériel adéquat pour y parvenir, et je ne compte pas lâcher le moindre centimètre carré de terrain à mes adversaires du week-end. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pailler Compétition retrouve le chemin de la victoire

Théâtre de la 7e manche de la saison 2016 du championnat de France de Rallycross, l'étape de Mayenne disputée le week-end dernier a permis à la structure Pailler Compétition d'aller décrocher son premier podium de la saison. Surtout, cette épreuve aura suffit à placer la Peugeot 208 comme la monture la plus rapide et la plus efficace du Supercar tricolore.

Ainsi, les deux Peugeot 208 se sont accaparées le gain de trois des quatre manches qualificatives au programme tout en signant le meilleur tour absolu du week-end en 44,039 contre 44,460 pour leur première poursuivante. Voilà donc qui valide le retour de la structure Pailler Compétition sur le devant de la scène.

Dominateur tout au long de la première journée de compétition avec deux victoires en qualifications, Fabien Pailler fut par la suite contraint de lâcher un peu de lest. Cependant, c'est avec une deuxième place à l'arrivée de la finale que le pilote AXEL Fermetures // INTERMARCHÉ Carte Carburant Pro a conclu son effort.

Pour sa part, Jonathan Pailler n'est pas passé loin de l'exploit. Privé de compétition le samedi suite à un défaut d'usinage au niveau d'une pièce maîtresse située dans l'environnement moteur de sa Peugeot 208 SALAÜN Holidays // AXEL Fermetures, la structure Pailler Compétition a prouvé sa réactivité et son efficacité en reconstruisant une partie du propulseur en seulement quelques heures. Une course contre la montre qui a permis à Jonathan de reprendre la piste le dimanche et d'ainsi valider les choix techniques opérés au cours des dernières semaines en signant la meilleure performance absolue lors de la dernière manche qualificative.

Certes, cela ne suffira pas à effacer son score vierge de la veille tout autant qu'à obtenir son ticket pour les phases finales, mais charge est de constater que la structure Pailler Compétition a réussi son pari en retrouvant la domination sans partage dont elle avait déjà su faire preuve l'an dernier avec pas moins de quatre victoires alignées en autant de sorties sur le championnat de France, en plus d'un podium européen à mettre à l'actif de Fabien Pailler à Hambourg/Buxtehude.

Fabien Pailler // Peugeot 208 AXEL Fermetures / INTERMARCHÉ Carte Carburant Pro

« Notre équipe a abattu un formidable boulot depuis Kerlabo. Leur investissement a été permanent, et ils n'ont jamais rien lâché. Après nos ennuis de fiabilité qui nous avaient coûté la possibilité de jouer les premiers rôles dans ce championnat, ce podium vient récompenser tous les efforts et les heures passées par notre équipe pour nous permettre de retrouver notre statut. »

« Ce fut véritablement plaisant que de terminer la première journée de compétition en tête. Outre deux victoires en Q1 et Q2, nous avons pu signer le meilleur tour absolu du meeting, et je pense que nous avons marqué les esprits en Q2. C'est forcément bon pour la confiance. Je pense qu'on avait largement les moyens de jouer la victoire à Mayenne. J'ai eu un peu plus de difficulté à m'exprimer le dimanche pour diverses raisons, mais nous sommes tout de même parvenus à aller chercher cette deuxième place à l'arrivée de la finale. Même si la victoire était à notre portée, c'est en tout cas de très bon augure pour la suite de la saison et une épreuve de Dreux qui sera retransmise en direct sur la chaîne L'Équipe. Il est clair que nous irons là-bas pour aller chercher la victoire. »

Jonathan Pailler - Peugeot 208 SALAÜN Holidays // AXEL Fermetures

« Même si ce fut difficile de devoir faire l'impasse sur l'épreuve de Lohéac au début du mois de septembre, cette décision était paradoxalement la meilleure chose qui pouvait nous arriver. Nous avons mis à profit cette pause dans le calendrier pour fiabiliser nos moteurs, et je pense que nos résultats alignés ce week-end sont là pour le justifier. De mon côté, je n'ai pas eu de réussite avec ce problème d'usinage sur une pièce qui m'a privé de compétition lors de la première journée, mais une nouvelle fois, notre équipe a réalisé des miracles. Leur détermination fut incroyable. S'ils n'avaient déjà pas dormi dans la nuit de vendredi à samedi pour s'assurer que nos voitures soient prêtes pour cette épreuve, nos ennuis rencontrés en début de meeting ont forcé une partie de notre équipe à prendre la direction de Brest pour reconstruire une partie de notre moteur, puis de faire le chemin inverse et de profiter de la nuit de samedi à dimanche pour réimplanter la mécanique. À 7 heures du matin, la voiture était prête à reprendre la piste. Même si nous n'avions quasiment aucune chance de nous qualifier pour les phases finales, il était important que nous puissions accumuler les kilomètres afin de valider tout le travail réalisé en amont. Si le podium de Fabien est une excellente nouvelle, de mon côté, ma victoire en quatrième manche qualificative confirme que nous sommes de retour sur le devant de la scène. A n'en pas douter, les deux dernières manches du championnat constituent une occasion rêvée pour aller chercher des victoires. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Un choix de raison pour Pailler Compétition

Au lendemain de la sixième étape du championnat de France de Rallycross disputée sur le circuit de Kerlabo, la structure Pailler Compétition a décidé de ne pas se produire sur la manche française du championnat du Monde FIA, qui se déroulera au début du mois de septembre, sur le circuit de Lohéac.

Un choix de raison pour la structure Pailler Compétition qui préfère à présent concentrer ses forces sur la dernière ligne droite du championnat de France et les trois prochaines étapes à venir du côté de Mayenne, Dreux et Lessay.

« Même si nous avons démontré que nos voitures figuraient largement parmi les plus rapides du championnat de France en terme de vitesse pure, nous avons en revanche essuyé de multiples problèmes liés à la fiabilité de nos moteurs, » souligne Jean-Luc Pailler, le Team Principal de la structure éponyme.

« Une nouvelle fois, et alors que nous avions la possibilité de jouer la victoire finale lors du dernier rendez-vous du championnat de France disputé à Kerlabo, nos propulseurs ont montré des faiblesses. Nous avons identifié quelle pouvait être l'origine de ces ennuis répétés, et désormais, nous allons mettre à profit les prochaines semaines pour fiabiliser les nouvelles pièces qui viendront équiper nos moteurs à compter de la reprise du championnat de France. Après de longues discussions avec nos partenaires, nous avons pris la décision de faire l'impasse sur l'étape de Lohéac en septembre prochain. Il n'était pas question pour nous de nous précipiter, alors que nous n'aurions pas eu le temps matériel de nous présenter à Lohéac avec la certitude d'être aussi compétitifs que nous le souhaitons. Lohéac est un événement prestigieux, et il n'est pas envisageable pour notre structure de nous contenter d'un simple rôle de figurant, » tempère Jean-Luc Pailler.

Meilleur temps des essais libres à Kerlabo, une alerte moteur avait contraint Fabien Pailler à un abandon précoce, et ce, alors qu'il figurait pourtant comme le pilote le plus rapide après presque deux mois passés à l'écart des circuits, tandis que Jonathan Pailler était quant à lui en course pour une place sur le podium, avant qu'un problème "similaire" ne le contraigne à stopper son effort en demi-finale. Une fin de meeting d'autant plus douloureuse que Jonathan occupait la troisième place du Supercar au terme des quatre manches qualificatives.

Toutefois, si le dénouement de l'étape de Kerlabo ne fut pas à la hauteur des espoirs placés sur cette épreuve, les nouvelles évolutions dont bénéficiaient les Peugeot 208 Supercar Pailler Compétition ont apporté la preuve de leur efficacité.

Fabien Pailler - Peugeot 208 Supercar AXEL Fermetures // INTERMARCHÉ Carburant PRO.

« L'étape de Kerlabo avait parfaitement débuté pour ma part. C'était d'autant plus une surprise que la nouvelle gestion électronique installée en vue de l'étape de Lohéac nous a contraint à revoir pas mal de choses au niveau de notre cartographie moteur. Cela nous permet de prouver le potentiel de nos Peugeot 208, et ce, alors même que nous étions loin de disposer d'une plage d'utilisation optimale de notre machine à ce moment précis de la course. Il ne fait guère de doutes que sans mes ennuis rencontrés au début des qualifications, nous avions la vitesse nécessaire pour viser la victoire. Malheureusement, cela fait également partie du jeu en sport automobile. Désormais, nous sommes en train d'analyser avec la plus grande attention les ennuis qui nous ont empêché d'exprimer notre réel potentiel sur toute la longueur d'un meeting depuis le coup d'envoi du championnat. Même si le fait de devoir faire l'impasse sur Lohéac est une énorme déception, nous devons prendre le temps de mener de nouvelles séances d'essais afin de tester l'endurance de nos moteurs et d'ainsi revenir sur les trois dernières manches de la saison tricolore avec des ambitions affirmées. »

Jonathan Pailler - Peugeot 208 Supercar SALAÜN Holidays // AXEL Fermetures

« Comme ce fut le cas depuis le début du championnat, Kerlabo nous a permis de mettre en exergue notre pointe de vitesse tout en prouvant que nos Peugeot 208 faisaient bien partie des montures parmi les plus véloces du championnat de France. Il est clair que Kerlabo aurait pu nous permettre d'inverser le cours d'un championnat compliqué en allant chercher une des trois marches du podium. Malheureusement, et comme évoqué plus haut, nous nous devrons de faire l'impasse sur le rendez-vous de Lohéac. En tant que pilote, c'est toujours une situation difficile à vivre, mais après de nombreuses discussions menées avec nos partenaires, nous avons estimé qu'il était plus sage de profiter des sept semaines qui nous séparent du prochain rendez-vous du championnat de France pour fiabiliser nos moteurs. C'est un mal pour un bien ! La loi du sport automobile est telle, qu'il faut parfois faire de véritables sacrifices et envisager les choses sur le long-terme plutôt que sur le court-terme. Notre équipe a vécu une saison difficile, et il est préférable de nous concentrer sur la suite du championnat de France. Se contenter d'un rôle de simple figurant n'a jamais fait partie des objectifs de la structure Pailler Compétition et une chose est sûre, nous reviendrons avec le net objectif de profiter des trois dernières étapes du championnat de France 2016 pour confirmer tout le potentiel de nos Peugeot 208. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Une étape capitale pour Pailler Compétition

En manque de réussite depuis le coup d'envoi du championnat de France de Rallycross, la structure Pailler Compétition a bien l'intention de profiter de cette sixième étape de la saison à venir sur le circuit Armoricain de Kerlabo (22) pour signer son retour sur le devant de la scène.

Ainsi, la structure la plus titrée de l'histoire du Rallycross Français alignera pas moins de deux Peugeot 208 qui seront dévolues aux mains expertes de Jonathan et Fabien Pailler. Inutile de préciser que les deux hommes auront à cœur de se mettre en évidence sur un circuit qui a toujours réussi aux montures de la structure éponyme.

Outre une victoire obtenue sur le front européen par Jean-Luc Pailler en 2008, soit le dernier succès obtenu par un pilote tricolore en France à cet échelon de la compétition, Fabien Pailler s'y est imposé à deux reprises en 2013 et 2015, tandis que Jonathan Pailler, du temps de son investissement dans les rangs de la Coupe de France de Division 3, était également parvenu à ses fins lors de l'édition 2012 de Kerlabo.

Une confiance d'autant plus évidente que les voitures Pailler Compétition, en dépit du fait d'avoir joué de malchance à Faleyras et Lavaré, étaient ressorties de ces deux épreuves avec le gain du meilleur tour absolu du meeting. Voilà qui en dit long sur le potentiel des lionnes aux couleurs de SALAÜN Holidays, AXEL Fermetures et INTERMARCHÉ Carburants PRO.

Jonathan Pailler - Peugeot 208 SALAÜN Holidays // AXEL Fermetures

« Je ressors d'une nouvelle étape difficile à Pont-de-Ruan où des ennuis techniques ne nous ont pas permis de défendre nos chances comme nous l'aurions souhaité. C'est dommage car nous disposons d'une Peugeot 208 Salaün Holidays // AXEL Fermetures qui a apporté la preuve de sa compétitivité. Désormais, il faut qu'on capitalise sur cette étape de Kerlabo pour enrayer définitivement cette mauvaise passe. Il s'agit d'une étape importante de notre saison, et nous avons clairement pour ambition de prendre notre revanche sur le sort. Kerlabo est un tracé que j'affectionne tout particulièrement, et sur lequel j'étais parvenu à m'imposer dès mon premier programme complet en Rallycross. Autant dire que j'ai bien l'intention de tout donner afin de ramener un résultat de premier choix pour toute l'équipe ainsi que pour nos partenaires. Le niveau s'annonce une nouvelle fois des plus relevés avec plus de 20 voitures au départ, mais à mes yeux, il s'agit d'un élément de motivation supplémentaire. »

Fabien Pailler - Peugeot 208 AXEL Fermetures // INTERMARCHÉ Carburants Pro

« C'est un réel plaisir que de retrouver ce circuit de Kerlabo. Non seulement nous évoluons à proximité de nos bases, mais en plus, il s'agit d'une épreuve particulière à mes yeux puisque nous y avions signé un doublé inoubliable avec mon père en 2013, avant que je ne parvienne à m'y imposer de nouveau la saison dernière. Avant d'aborder Lohéac et l'étape française du championnat du Monde, cette manche de Kerlabo est probablement ma dernière sortie de la saison sur ce championnat de France, donc il est évident que j'ai pour ambition de tout donner pour remporter un nouveau succès sur nos terres. En dehors d'une étape de Lavaré rapidement écourtée au début du mois de juillet, je n'ai pas eu l'occasion de reprendre le volant depuis Faleyras, une course sur laquelle nous avions les moyens de nous imposer. Malheureusement, un contact dès le premier virage de la finale m'avait empêché de défendre mes chances. Nous n'avons pas eu de réussite cette saison, mais cela fait aussi partie de la dure loi des sports mécaniques. Il faut savoir l'accepter afin de pouvoir repartir de l'avant. On sait que nos Peugeot 208 sont performantes et je dois bien avouer que je suis plus qu'impatient à l'idée d'aller me confronter à un plateau riche d'une vingtaine de voitures, dont le multiple vainqueur du Trophée Andros, Jean-Philippe Dayraut. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Une question de patience

Après être passée tout près de décrocher son premier succès de la saison sur un circuit de Faleyras où les Peugeot 208 de la structure Pailler Compétition avaient de nouveau prouvé qu'elles faisaient bien partie des montures les plus efficaces de ce championnat de France de Rallycross, l'équipe multiple championne de France était, le week-end dernier, alignée au départ de la quatrième étape de la saison disputée sur le tracé de Lavaré-Sarthe.

Un rendez-vous qui a de nouveau mis en exergue le niveau de forme des Peugeot 208 emmenées par Fabien et Jonathan Pailler. Si Fabien n'a pas connu de réussite avec un ennui moteur qui a contraint l'intéressé à devoir remiser à plus tard ses chances de décrocher un premier succès cette saison, de son côté, Jonathan Pailler a prouvé qu'il faisait bien partie des pilotes parmi les plus efficaces du Supercar tricolore.

Pour preuve, au terme d'une première journée tranquille où le pensionnaire de la structure Pailler Compétition se contentera de gérer son effort avec intelligence, Jonathan mettait à profit la dernière ligne droite du meeting pour signer pas moins de deux victoires successives en qualifications tout en alignant le tour le plus rapide du meeting. Ainsi, depuis le début du mois de juin et l'épreuve de Faleyras, le pilote SALAÜN Holidays // AXEL Fermetures s'est imposé à trois reprises sur les 8 sessions de qualifications au programme. De quoi cerner le potentiel et la pointe de vitesse de Jonathan, tout autant que de lui assurer d'obtenir la pôle position au départ de sa demi-finale. Hélas, ses chances de victoire seront rapidement balayées par un bris de transmission, forçant l'intéressé à remiser ses espoirs sur le prochain rendez-vous du championnat à venir du côté de Tours les 16 et 17 juillet prochains.

Jonathan Pailler - Peugeot 208 SALAÜN Holidays // AXEL Fermetures

« Les performances alignées par notre Peugeot 208 Salaün Holidays / AXEL Fermetures étaient une nouvelle fois au rendez-vous pour cette quatrième étape de la saison. On occupait la pole position de la demi-finale, et même si je n'ai pas réalisé l'envol parfait, je suis revenu assez rapidement sur le leader de la course. Malheureusement, une transmission déboîtée en aura décidé autrement. Ce week-end de Lavaré s'est à la fois révélé frustrant tout autant que rassurant. Sur le plan de la performance pure, on réalise le record du meeting sans avoir eu à pousser la voiture dans ses derniers retranchements. Ce qui est paradoxal, c'est que depuis le début de saison, nous avons largement la vitesse pour jouer la victoire et accumuler les podiums, et ce, sans avoir à prendre de risques inconsidérés pour y parvenir. Pour autant, nous ne sommes pas encore parvenus à concrétiser cette efficacité par un résultat de choix. Cela fait partie des aléas des sports mécaniques. La réussite n'a pas été avec nous depuis le début du championnat, et il va falloir que la roue tourne en notre faveur. De notre côté, on continue à travailler et à faire preuve de patience. On est impatient à l'idée de pouvoir concrétiser notre niveau de performance par une première victoire et ainsi mettre en évidence tout le travail abattu par notre équipe. »

Fabien Pailler - Peugeot 208 AXEL Fermetures // INTERMARCHÉ Carburant PRO

« J'ai eu un très bon feeling avec la voiture dès le coup d'envoi des essais libres. J'étais avant-tout présent à Lavaré pour préparer les rendez-vous importants qui nous attendent à la fin du mois de juillet et début septembre, ainsi que pour confirmer notre vitesse de pointe entrevue à Faleyras où un contact sur le premier virage de la finale m'avait empêché de me battre pour la victoire. Lavaré est un circuit que j'apprécie, donc j'avais bon espoir à l'idée de réaliser une grosse performance sur ce tracé. Notre début de week-end nous a d'ailleurs permis de confirmer que nous avions de nouveau le potentiel pour jouer devant lors des essais libres. Malheureusement, un ennui moteur survenu en première manche qualificative nous a contraint à devoir stopper notre effort. Nous avions de quoi réparer sur place et reprendre notre route. Cependant, je ne joue rien de particulier au niveau du championnat de France cette saison, nous avons donc pris la décision d'en rester là afin de nous concentrer sur les échéances importantes qui nous attendent au cours des prochaines semaines. Même si Jonathan n'a pas connu de réussite lors des phases finales, il signe le record du tour du meeting, ce qui tend à confirmer qu'avec un brin de réussite supplémentaire, nous serons rapidement de retour sur la plus haute marche du podium. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Pailler Compétition affirme ses ambitions

De retour à la compétition le week-end dernier à l'occasion de la troisième manche du championnat de France de Rallycross disputée sur le circuit de Faleyras, la structure Pailler Compétition emmenée par Fabien et Jonathan Pailler a confirmé qu'elle était définitivement de retour sur le devant de la scène sur le front de la catégorie Supercar.

Il faut dire qu'en accrochant le gain de la première session de qualifications tout autant qu'en plaçant ses deux pilotes aux deux premières places du classement intermédiaire au soir de la première journée, les Peugeot 208 SALAÜN Holidays / AXEL Fermetures / INTERMARCHÉ Carburant PRO ont clairement dominés les débats.

Auteur du meilleur temps absolu au terme de la première manche qualificative, Jonathan Pailler affirmait ses ambitions en vue de la victoire finale. Hélas pour Jonathan, son effort était rapidement grippé par des coupures moteur qui empêcheront l'intéressé de défendre ses chances plus longtemps lors des deux dernières manches. Dommage pour le pilote SALAÜN Holidays, qui occupait pourtant la deuxième place du classement intermédiaire samedi soir. Tout sauf un problème pour la structure Pailler Compétition. Car, si Jonathan était contraint de marquer légèrement le pas lors de la suite du meeting, Fabien Pailler s'est quant à lui révéler comme le pilote le plus efficace de cette étape Girondine.

Outre le gain de la deuxième place du classement intermédiaire au terme des quatre manches qualificatives, Fabien remportait sa demi-finale avec une aisance manifeste. Pour preuve, le pilote de la Peugeot 208 AXEL Fermetures / INTERMARCHÉ Carburant PRO alignait le meilleur tour absolu du meeting au milieu de la vingtaine de Supercars engagées sur cette étape de Faleyras. Malheureusement pour Fabien, ce dernier ne profitera pas de sa position de départ sur le deuxième couloir de la première ligne en finale. Bousculé par un autre concurrent, le train avant de la Peugeot 208 ne résistait pas à la charge et Fabien était rapidement contraint à l'abandon.

Pas de quoi altérer la motivation de la structure Pailler Compétition qui a profité de ce troisième rendez-vous de la saison pour prouver sa vitesse de pointe avant la quatrième étape du championnat à venir, début juillet, sur le circuit de Lavaré (72).

Fabien Pailler - Peugeot 208 AXEL Fermetures / INTERMARCHÉ Carburant PRO

« J'avais véritablement à cœur de concrétiser nos excellentes performances réalisées en qualifications par une victoire afin de mettre en avant tout le travail abattu par notre équipe depuis cet hiver. Je suis extrêmement déçu, c'est une évidence. Cependant, notre pointe de vitesse alignée ce week-end sur un circuit aussi exigeant que celui de Faleyras constitue un point sacrément positif en vue de la suite de notre programme. Après une entame de championnat compliquée, je me suis employé afin de retrouver au plus vite mes repères au volant de la Peugeot 208. Outre notre deuxième place en qualifications, cela s'est magnifiquement déroulé puisque je signe le meilleur tour absolu du meeting en demi-finale tout en m'assurant d'une place sur la première ligne de la grille de départ. Au fur et à mesure du week-end, nous avons parfaitement su adapter notre setup à l'évolution de la piste. Je me sentais dans mon élément au volant de la Peugeot 208 et je savais qu'il nous restait encore une bonne marge de manœuvre durant les qualifications. Cela prouve que la performance est là, et que nous avions les moyens d'aller chercher la victoire avant qu'un contact avec un concurrent ne m'empêche de défendre mes chances dès la sortie du virage 1. »

Jonathan Pailler - Peugeot 208 SALAÜN Holidays / INTERMARCHÉ Carburant PRO

« Comme à Châteauroux, j'ai pu m'appuyer sur une excellente pointe de vitesse qui m'a permis d'empocher le gain de la première manche qualificative. Hélas, l'apparition de coupures moteur en Q2 m'a contraint à devoir abandonner les commandes du classement intermédiaire à Fabien au soir de la première journée. Ces ennuis nous ont poursuivi tout au long des deux dernières sessions de qualifications, et je n'ai pas été en mesure de défendre mes chances comme j'aurais pu le souhaiter. C'est d'autant plus frustrant que nous avons trouvé l'origine de ces ennuis juste avant le coup d'envoi des demi-finales, mais le timing trop restreint ne nous a pas permis de rectifier le tir. Cependant, il s'agit d'un week-end plus que positif tant nous avons su montrer à quel point nous pouvions être dans le coup pour jouer la victoire. Désormais, ce qu'il nous faut, c'est de la réussite pour parvenir à concrétiser notre efficacité par un premier succès. Désormais, c'est la première place que nous visons, et ma motivation est d'autant plus forte que nous avons la certitude de disposer d'une voiture armée pour jouer la plus haute marche du podium sur chacune des manches du championnat. »

Crédit photo : AFOR MAP

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…


Jonathan Pailler en quête de revanche

Après un début de saison tronqué par quelques ennuis techniques survenus sur sa Peugeot 208 Supercar, Jonathan Pailler a profité de la deuxième manche du championnat de France de Rallycross disputée le week-end dernier pour réapparaître sous son meilleur jour, confirmant ainsi qu'il faisait bien partie des pilotes les plus rapides de la scène tricolore.

Contenu à seulement quelques tours sur le tracé d'Essay, Jonathan fut rapidement contraint de remiser ses efforts sur l'étape de Châteauroux. Quelques jours seulement au terme de la première manche du championnat d'Europe disputée en Belgique au cours de laquelle Fabien Pailler avait déjà confirmé tout le potentiel des Peugeot 208 de la structure Pailler Compétition sur le plan chronométrique, cette fois, ce fut au tour du pilote SALAÜN Holidays / AXEL Fermetures de prouver qu'il n'avait rien perdu de sa superbe.

Une donne que Jonathan s'empressait de prouver dès le coup d'envoi des essais libres en accrochant la meilleure marque du meeting parmi les 17 Supercars engagées sur le tracé de Châteauroux. Longtemps leader, il faudra attendre l'ultime série des essais disputée sur une piste au grip plus efficient pour voir Firmin Cadeddu et sa C4 lui chiper le gain du meilleur tour du meeting.

Autant dire que Jonathan pouvait, dès lors, attaquer les qualifications dans des conditions optimales. Pour preuve, le pilote de la 208 semblait bien parti pour signer un chrono de choix et ainsi lancer son week-end de la meilleure des manières. Cependant, à l'heure d'attaquer le dernier tour de sa série, la direction de la Peugeot 208 cédait, contraignant l'intéressé à l'abandon. Le début d'une longue série noire pour Jonathan, pour qui la réussite fut loin d'avoir été à la hauteur d'une vitesse de pointe qui le plaçait pourtant parmi les favoris à la victoire finale.

Alors que la Peugeot 208 était de nouveau en lice pour une bonne performance en manche 2, un problème de direction assistée empêchait cette fois Jonathan de défendre ses chances, le pilote SALAÜN Holidays se contentant d'un sixième chrono, avant qu'une boîte de vitesse récalcitrante ne fasse des siennes lors du coup d'envoi d'une seconde journée de compétition marquée par des précipitations records.

Et si Jonathan Pailler parvenait néanmoins à se qualifier pour les phases finales, cette étape de Châteauroux ne restera pas dans les annales. Pneumatique déjanté, Jonathan ne pourra profiter bien longtemps de son excellent départ réalisé depuis la troisième ligne de grille. Pas de quoi entamer le moral de l'intéressé pour autant, celui-ci préférant se concentrer sur l'essentiel avec une sérieuse envie de se rattraper dès la prochaine étape de Faleyras.

« Il est clair qu'on ressort d'un week-end très frustrant. Je crois que jamais je n'avais vécu une telle série noire au cours d'un seul et même week-end. En revanche, le gros point positif, c'est que la voiture est d'une redoutable efficacité. Pour preuve, alors que j'étais privé de direction assistée en manche 2, je signe un meilleur chrono sur un tour lancé que l'actuel leader du championnat. Pour le reste, on ne peut pas y faire grand-chose. La réussite n'était pas de notre côté, mais avec les nouvelles évolutions qui viendront prochainement prendre place sur notre Peugeot 208, il est clair que nous sommes encore très loin d'avoir dit notre dernier mot et que nous arriverons à Faleyras avec l'ambition de signer un très gros résultat là-bas, » assure Jonathan, avant de poursuivre :

« Le plus frustrant, c'est de ne pas avoir été en mesure de ramener une performance de premier choix pour toute notre équipe. Cependant, nos ennuis de début de saison sont désormais derrière nous, et nos propulseurs conçus et développés au sein de nos ateliers n'ont franchement rien à envier à ceux dont disposent nos concurrents. Maintenant, je dois admettre que je suis plus qu'impatient à l'idée d'en découdre sur piste sèche, » conclut Jonathan, qui attend désormais avec envie le rendez-vous de Faleyras.

Une étape sur laquelle il y sera rejoint par un Fabien Pailler lui aussi avide à l'idée de replacer la structure Pailler Compétition sur le devant de la scène.

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD

Lire la suite…