Rallycross RX Team

Riga en ligne de mire pour Pailler Compétition

La structure Pailler Compétition n’en finit plus d’affoler les compteurs sur le front du championnat d’Europe FIA Euro RX1 de Rallycross. Après Höljes où Jonathan et Fabien Pailler s’étaient déjà mis en évidence, les deux hommes ont été en mesure de conforter leur niveau de jeu à domicile sur le circuit de Lohéac.

Deuxième du classement intermédiaire dans le sillage du vice-champion du Monde FIA 2019 Andreas Bakkerud, Fabien Pailler s’est offert sa première victoire de la saison en qualifications lors d’une Q4 qui lui a permis de signer le meilleur tour absolu du week-end.

Pour sa part, Jonathan Pailler s’est heurté d’entrée de jeu à un bris de transmission dès la Q1. Seulement récompensé par un 23e temps, le cadet de la fratrie Pailler s’est retrouvé engagé dans une véritable course de fond pour valider sa qualification en demi-finales. Auteur du troisième meilleur temps de la Q2, Jonathan a réussi à réintégrer le Top 10 du classement provisoire au terme de la première journée de compétition avant d’enchaîner par un 4e temps en Q3 qui finira par lui assurer la neuvième place de la série Euro RX1 à l’issue des qualifications.

Dépositaire de la pole position en demi-finale, Fabien Pailler empochera sans trembler son ticket pour l’ultime Top 6 du meeting tandis que Jonathan Pailler devait se contenter de la cinquième place.

Malheureusement, Fabien Pailler n’aura pas l’opportunité d’aller au bout de son effort en finale. Tout proche de valider son premier podium de la saison, un défaut de valeurs de batterie en finale coupera net sa direction assistée d’entrée de jeu… Si Fabien a tenté de résister jusqu’au bout aux assauts de la concurrence, ce dernier était contraint à l’abandon à un tour du terme de la finale.

Pas de quoi, toutefois, altérer ses chances de décrocher le titre de champion d’Europe FIA. Quatrième du classement général, Fabien ne cumule qu’un débours de sept points sur Andreas Bakkerud tandis que Jonathan Pailler, relégué à 16 points du leader, n’a certainement pas dit son dernier mot.

Surtout, à l’issue des deux premières étapes de la saison, Fabien Pailler s’impose comme le deuxième meilleur performeur de la saison 2021 sur le plan de la vitesse pure sur un tour lancé tout autant que sur celui de la vitesse moyenne obtenue sur la globalité des deux meetings d’Höljes et Lohéac.

Fabien Pailler Peugeot 208 #20 // Intermarché CARTE PRO Carburant – AXEL Fermetures – DIWALL

« Quand j’ai mis le contact en prégrille, je me suis aperçu qu’il y avait une petite alerte de tension de batterie. La dernière fois que cela s’était produit, c’était à Faleyras en 2019 et j’avais déjà été contraint à l’abandon alors que j’étais pourtant en tête de la finale. Cette fois, dès le premier virage de la finale, la direction assistée a commencé à souffrir de coupures. Je me suis vraiment battu pour la faire tourner, je criais même à l’intérieur de la voiture pour me donner du courage. Malheureusement, dans l’avant dernier tour de la finale, tout s’est complètement coupé. La voiture s’est arrêtée et je n’ai rien pu faire pour éviter cet abandon. »

« Forcément, il y a une certaine frustration qui s’accumule car nous mettons tout en œuvre en amont et pendant les courses pour aller chercher les meilleurs résultats possibles. Cela a été assez dur à vivre de clôturer ce week-end de Lohéac de cette manière alors que nous aurions pu nous emparer des commandes du championnat sans cet abandon en finale. Après la Suède, c’est la deuxième fois que nous passons à côté du podium. Après, il faut aussi relativiser car ce championnat est complètement fou. En deux épreuves, nous avons perdu Anton [Marklund] en Suède qui a pulvérisé sa VW Polo en Q4 alors qu’il était en route vers sa première victoire tandis que JB [Dubourg] a été contraint de déclarer forfait pour le reste de la saison suite à un retour de volant qui lui a fracturé le bras gauche à Lohéac. »

« Rien n’est facile dans ce championnat. Le danger vient de partout et les rebondissements ont été déjà relativement nombreux en seulement deux courses disputées. Même si nous sommes déçus après Lohéac, il y a toutefois de nombreux motifs de satisfaction à retenir. Nous avons une voiture qui est très efficace et nous avons la pointe de vitesse pour jouer devant donc il va falloir qu’on capitalise là-dessus. La conclusion de notre meeting à Lohéac est dure à digérer mais on va se reprendre et se concentrer sur la préparation des deux dernières courses car, désormais, nous n’avons plus de droit à l’erreur si nous voulons aller chercher le titre. »

Jonathan Pailler Peugeot 208 #18 // SALAUN Holidays – AXEL Fermeture - DIWALL

« J’ai mal entamé mon week-end à Lohéac avec cet arbre de transmission qui m’a lâché suite à un contact sur le premier virage. On sait que sur cette piste, il faut impérativement figurer parmi le Top 4 du classement intermédiaire à l’issue des deux premières manches pour avoir une chance de performer durant les phases finales et ainsi s’imposer comme un candidat au podium. Au lieu de ça, j’ai dû attaquer ma course depuis le fond du classement mais j’ai su remonter pas moins de 14 places sur les trois manches qualificatives suivantes. Cela, ajouté à mon Top 3 signé en Q2, prouve que nous n’étions pas loin du compte à Lohéac. »

« Dans ces compétitions de très haut-niveau où nous sommes opposés à ce qui se fait de mieux sur le continent européen, la moindre approximation se paye comptant mais nous allons faire en sorte de rectifier le tir en vue des prochaines étapes de Riga et Spa-Francorchamps. »

« Spa et Riga figurent parmi les deux pistes sur lesquelles nous n’avons pas de références et c’est aussi pour cette raison que les deux premières courses d’Höljes et Lohéac ont tendance à nous laisser sur notre faim car il s’agissait de deux pistes où nous avions déjà des repères. On a manqué le coche alors que nous étions dans une position où nous pouvions marquer de très gros points en vue du général. Néanmoins, on espère que la chance finira par tourner. Il faut juste qu’on se remobilise au plus vite en vue de l’étape de Riga. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD