Rallycross RX Team

Fabien Pailler s'empare des commandes du Championnat à Riga

Pour sa première sortie sur le tracé de Riga, Fabien Pailler ne pouvait espérer meilleure conclusion. Leader du classement provisoire du meeting samedi au terme de la première journée de compétition, le double champion de France Supercar est allé se saisir de la deuxième marche du podium en s’intercalant entre la Škoda Fabia du Letton Janis Baumanis et la Hyundai i20 du Suédois Peter Hedström.

Une performance qui permet à Fabien Pailler de s’emparer des commandes du classement général au détriment du vice-champion du Monde 2019 Andreas Bakkerud. Éliminé en demi-finale, le Norvégien cède son leadership au pilote breton qui se présentera le mois prochain en Belgique avec l’opportunité de briguer le titre de champion d’Europe FIA 28 ans après celui décroché en octobre 1993 par Jean-Luc Pailler en Allemagne sur la piste de Buxtehude. Une récompense qu’aucun autre pilote tricolore n’a été en mesure d’obtenir depuis cette fameuse date historique.

Pour Jonathan Pailler, l’étape de Riga fut ponctuée par trois Top 8 en qualifications dont un sixième temps décroché lors de la quatrième manche qualificative. Tout proche de décrocher une qualification pour la finale, le pilote de la Peugeot 208 a été ralenti par un concurrent parti à la faute dans le virage 8 du circuit de Riga.

Huitième du classement général au soir de Lohéac, Jonathan effectue néanmoins un bond d’une place pour pointer au septième rang du championnat en amont de l’ultime étape de Spa-Francorchamps.

Fabien Pailler – Peugeot 208 Intermarché CARTE PRO CARBURANT / AXEL FERMETURES

« Ça fait surtout beaucoup de bien de pouvoir aller au bout d’un meeting, » commente Fabien.

« Sur le fond, nous avons signé une course à peu près conforme aux deux premières à la seule différence que, sur la forme, nous avons réussi à transformer l’essai. Pour toute l’équipe, cette deuxième place récompense tous nos efforts car ce n’est jamais agréable de conclure une course sur un problème technique d’ordre secondaire. Ce podium me fait vraiment plaisir pour toute l’équipe car un programme de cette ampleur est plus qu’intense et qu’on y passe énormément de temps et d’énergie. »

« Il n’y avait pas que les pneumatiques à gérer sur cette piste mais il y avait aussi un capital voiture à préserver tellement Riga est une piste exigeante pour la mécanique. Nous avons d'ailleurs assisté à quelques casses mécaniques au niveau des suspensions parmi nos concurrents durant le week-end mais l’équipe est parvenue à être très réactive à ce sujet. Nous avons opté pour quelques changements “préventifs” histoire d’anticiper au maximum les fameux “coups du sort”. Paradoxalement, on signe une deuxième place sur le circuit où on avait le plus de probabilités de se mettre en danger sur le plan mécanique tellement les sauts sont violents à Bikernieki. Cependant, tout s’est parfaitement bien passé. Comme quoi, le sport auto est parfois étrange. »

« Pour l’instant, je préfère ne pas trop penser à l’hypothèse de décrocher le titre de champion d’Europe. N’oublions pas que notre premier poursuivant au général n’est autre que le vice-champion du Monde 2019 Andreas Bakkerud. Andreas va arriver à Spa avec beaucoup plus de repères que moi et quand je constate la pointe de vitesse dont il a su faire preuve ce week-end, je sais très bien que jouer le titre face à lui ne sera pas une mince affaire. En Belgique, nous devrons encore découvrir un nouveau tracé et quand on se retrouve dans une telle situation, cela demande beaucoup de travail et de concentration pour parvenir à se hisser au niveau de nos adversaires. »

Jonathan Pailler – Peugeot 208 SALAÜN HOLIDAYS // AXEL FERMETURES

« J'ai malheureusement mis trop de temps à me mettre en action et à trouver le bon équilibre sur cette piste. Riga est un circuit compliqué avec près de 12 virages contre 5 ou 6 sur les pistes françaises. D'ordinaire, le fait de m'appuyer sur les caméras embarquées de Fabien m'aide à trouver le bon tempo mais j'ai tout simplement eu beaucoup de mal à trouver la juste mesure lors de la première journée de compétition. J'ai su réagir dimanche avec ce sixième temps en Q4 mais c'était déjà trop tard pour espérer récupérer une meilleure position sur la grille de départ en vue des demi-finales. »

« Néanmoins, j'avais cette qualification pour une finale à portée de main mais je me suis fait piéger par un pilote parti à la faute [Thomas Bryntesson]. J'ai essayé de le contourner mais sa voiture a reculé juste après son impact avec le rail de sécurité. Je n'ai pas eu de réussite sur ce coup-là mais cela relève du simple fait de course. Cela n'a tout simplement pas tourné en ma faveur mais j'ai au moins eu la chance ramener la voiture à bon port et c'était, au delà du résultat, également un de mes objectifs du week-end. »

« J'ai senti une nette progression au fur et à mesure du week-end. J'ai certes mis du temps à entrer en action mais une fois après avoir cerné les bons préceptes à adopter sur le plan du pilotage, j'ai pu démontrer ma pointe de vitesse en Q4. Je passe tout près d'une qualification en finale et cela me laisse quelques regrets. Avec un peu plus de vécu sur cette piste, j'aurais sans aucun doute pu trouver les bons ajustements d'entrée de jeu mais il faut désormais se focaliser sur la Belgique et Spa-Francorchamps. Fabien est en tête du championnat et nous mettrons tout en œuvre pour qu'il puisse conserver sa position au soir de la dernière épreuve de la saison. »

Auteur : Pure Rallycross - Nicolas DUBERNARD